Sophie : l’Ambassadrice qui a révolutionné la pause café de ses collègues

Sophie : l’Ambassadrice qui a révolutionné la pause café de ses collègues

Après avoir passé quelques années à Lille, Sophie emménage à Lyon il y a un an. Dans la foulée, elle participe à une soirée à la Maison de l’Environnement pour s’impliquer dans la vie associative et citoyenne à Lyon. C’est à cette occasion que Sophie découvre Mouvement de palier : elle a envie de devenir ambassadrice !

Pour elle, tout commence par une inscription au défi Mets ta poubelle au régime en début d’année 2019. Sophie monte une équipe dans son immeuble et les voisins sont conquis.  Motivée par cette expérience réussie et pour continuer sur sa belle lancée, Sophie s’inscrit à la form’actions Faites bouger vos bureaux, une soirée qui la décidera à se lancer pour faire changer les habitudes à son travail ! 

« Lorsque je suis descendue au local poubelle, j’ai vite compris le problème !» 

Sophie travaille au siège social d’une entreprise agroalimentaire qui accueille environ 50 salariés. À son arrivée, elle constate que rien n’est prévu pour le tri des déchets recyclables : « Le champ d’actions possibles pour mieux trier et réduire les déchets était assez vaste : il y avait tout à faire ! », explique Sophie. « Grâce à la Form’action, j’ai compris que la première chose, c’était de trouver des alliés parmi mes collègues, et aussi de comprendre l’historique : est-ce que des choses ont déjà été tentées et, si oui, pourquoi cela n’avait pas fonctionné ! »

Alors Sophie mène l’enquête : des poubelles de tri avaient déjà été installées quelques mois avant son arrivée, mais voyant que la société de ménage vidait finalement tout dans un même sac, la démarche s’est essoufflée. « Lorsque je suis descendue au local poubelle, j’ai vite compris le problème : il était si petit qu’il ne pouvait contenir qu’un seul petit bac jaune pour un immeuble de 3 étages ! », raconte Sophie. Des premiers éléments qui lui seront utiles pour poursuivre sa démarche et discuter avec ses collègues de la situation.

«  Il a tout de suite montré de l’enthousiasme pour ma démarche !»  

Pendant qu’elle mène sa petite enquête, Sophie commence à chercher des alliés. Une étape pas toujours simple ! Il y a ceux qui sont à l’écoute, mais il faut aussi composer avec ceux qui s’en désintéressent… Les débuts ne sont pas très fructueux pour notre Ambassadrice, mais Sophie ne se laisse pas décourager pour autant !

Elle continue à toquer aux différentes portes, jusqu’au jour où quelqu’un finit par être intéressé pour la rejoindre : «  En essayant de trouver des informations pour mon état des lieux, je suis tombée sur un collègue qui s’était déjà intéressé au sujet. Il a tout de suite montré de l’enthousiasme pour ma démarche et compris l’intérêt de se lancer à plusieurs ! Et comme il était dans l’entreprise depuis plus longtemps que moi, il a su m’indiquer un autre collègue vers qui aller pour élargir notre embryon d’équipe !». 

Ses deux premiers alliés tout trouvés, la petite équipe décide de se lancer à l’assaut de leur entreprise avec un sujet pas si simple : le choix d’un nouveau prestataire de collecte !

 

«  Depuis, on trie les gobelets en carton et en plastique, les canettes, les bouteilles… » 

 « On avait tous les trois envie de proposer une solution pour améliorer le tri et nous avons pensé à engager un prestataire pour qu’il s’occupe de collecter et d’envoyer dans des filières appropriées, tous nos déchets recyclables. Cette décision ne nous appartenait pas mais on a décidé de préparer  ensemble le terrain pour faciliter la prise de la meilleure décision ! », se souvient Sophie. Demande de devis, rencontre des prestataires, recherche d’arguments, comparatif des prix… 

Grâce à quelques réunions ponctuelles ensemble et quelques rendez-vous, notre petit groupe est prêt à exposer les différentes solutions.« Suite à ce travail, je suis allée voir ma N+2 pour lui demander un créneaux de 20 minutes lors du prochain CODIR et présenter une solution pour le tri des déchets. Nous nous sommes réunis pour préparer une présentation des devis et notre argumentaire en faveur de l’un d’entre eux », raconte-t-elle.  

Le travail du petit groupe est rapidement récompensé puisque leur avis est pris en compte : l’entreprise signe le devis du nouveau prestataire dès la sortie de la présentation en juillet ! « Depuis, on trie les gobelets en carton et en plastique, les canettes, les bouteilles en plastique, le verre, les DEEE, le papier et le carton grâce à des poubelles spécifiques pour chaque type de déchet et le prestataire passe les récolter directement dans les bureaux, pour les amener dans son centre de tri. Cela permet de garantir que les déchets sont correctement acheminés vers les différentes filières de recyclage », se réjouit Sophie. 

Et pour ne pas laisser leurs collègues démunis face à la nouvelle organisation des poubelles dans leur entreprise, le petit groupe d’Ambassadeurs se lance immédiatement dans la création d’affichettes pour informer des consignes à respecter. « Les collègues étaient un peu désemparés au début, car tous n’ont pas pu assister à la formation donnée par le prestataire. Mais grâce à la présence de notre petit groupe d’Ambassadeurs très à l’écoute et toujours prêt à répondre aux questions ainsi qu’à notre campagne d’affichage, les nouvelles poubelles finissent par être intégrées progressivement dans le quotidien de tout le monde », précise Sophie. 

Alors, pour le petit groupe de collègues, la prochaine étape est déjà en perspective : « La mise en place d’un composteur pourrait être la solution pour gérer nos déchets alimentaires car dans notre entreprise de l’agroalimentaire il y en a souvent. Mais comme il n’est pas facile de s’entendre avec les autres locataires de l’immeuble, nous allons prendre notre temps sur ce sujet ! Pendant la form’action, on nous explique qu’il vaut mieux commencer par des actions simples afin que la démarche ne s’essouffle pas et que d’autres alliés aient envie de rejoindre le groupe : alors, on a décidé de bien suivre ce conseil en commençant par des actions plus simples ! », sourit Sophie.

« Nous avons proposé de remplacer la machine à café » 

En parallèle de la recherche du prestataire de collecte, le petit groupe ne s’arrête pas sur sa belle lancée : « Nous avions envie de faire remplacer la machine à café à capsules par une machine à grains pour éviter d’avoir à gérer les capsules vides », expose Sophie.

 

Alors, pour présenter le projet au contrôleur de gestion, les Ambassadeurs préparent une petite étude comparative des coûts pour les deux solutions : la machine actuelle et la machine à grains.

Une fois présenté, la réponse ne se fait pas attendre : «  Très bien, si c’est moins cher on change tout de suite ! ». Sur les nouvelles machines, de petites affichettes apparaissent pour expliquer la provenance du café et les raisons de ce changement, afin que les collègues ne soient pas étonnés par ce choix. « Nous avons mis en avant les raisons qui nous ont poussés à proposer ce changement, qui pour nous était plus lié à une démarche zéro déchet qu’à une optimisation financière », rapporte Sophie.

«  Je sais que la dynamique sera maintenue même après mon départ »

Après environ un an dans son entreprise, Sophie vient de la quitter pour repartir à Lille, sa ville natale. « Je suis fière de toutes les actions que j’ai pu mener jusque là et je pars sereine car je sais que la dynamique sera maintenue même après mon départ ! », souligne-t-elle. 

Loin d’être retombée, la dynamique est encore vive : pour remplacer les nombreuses bouteilles en plastiques consommées sur place, l’un de ses collègues a déjà commencé à mener les démarches pour mettre en place des fontaines à eau branchées sur l’eau courante !

Pour notre Ambassadrice, « l’implication pour préserver notre planète est une sorte de mouvement, une petite communauté qui te permet de faire des rencontres. Ce n’est plus du chacun pour soi : on est tous ensemble sur le même bateau et dans la même direction ! »

Dans sa nouvelle entreprise, Sophie espère trouver de nouveaux collègues qui, comme ses compagnons Lyonnais, auront envie de changer et faire changer les habitudes pour une société plus écologique. Quoi qu’il en soit, elle a prévu de continuer à s’impliquer ! Sinon, qui sait, peut-être ouvrira-t-elle la branche lilloise de Mouvement de palier ?