Les rats de nos villes

Les rats de nos villes

D’après vous, quel est le point commun entre Croutard, Ratatouille, et Steve Mc Queen ?

Et oui, la réponse est simple : que ce soit le copain d’Harry Potter, du Dr House, ou du plus célèbre d’entre eux, le héros de Walt Disney… Si mignons soient-ils, nous allons bel et bien parler de rats et de leurs conséquences, pas toujours à notre goût. Et celui qui va nous intéresser plus particulièrement ici, j’ai nommé : le rat des villes !

Dans les villes, depuis des millénaires, la population des rats suit de près celle des hommes… En 2018, en ville, on compte 1 à 2 rats par habitant. Dans les grandes villes, ce chiffre oscille même entre 1,5 à Paris et 1,65 à Marseille. Et devinez quoi ? C’est la gestion de nos déchets qui fait toute la différence ! Petite explication…

En général, le rat vit sous la terre, dans les égouts ; il ne sort que par nécessité, pour se nourrir. Et lorsqu’il a faim, il va évidemment là où il trouve de la nourriture disponible.

Ainsi, de la gestion de nos déchets, dépend la présence des rats en surface. La quantité de déchets dans les rues joue un rôle considérable : ces déchets sont un véritable festin pour eux ! ll suffirait alors de nettoyer les rues et de rénover les égouts pour qu’il n’y ait plus de rats, du moins, en surface.

En tout cas, si la dératisation reste inefficace, il faudrait au moins tenter de supprimer les déchets sauvages pour réduire leur population…

Cependant, il ne faut pas se tromper, les rats ne sont pas une menace : ils ne sont ni sales, ni dangereux. De plus, ils ont un rôle très important : celui de nettoyeur ! En effet, ils ont un statut écologique non négligeable dans les sous-sols où ils évitent ainsi aux canalisations et aux égouts de s’engorger. À lui seul, un rat peut dévorer jusqu’à 9 kilos de déchets par an ! Autant de déchets qui n’iront pas à l’incinérateur…

Il y a donc moyen de vivre ensemble ! Si nous régulons nos déchets, nous pourrons aussi réguler la population de nos amis les rats et ainsi éviter qu’ils ne quittent leur tanière pour se nourrir.

Une chose est sûre : tant qu’il y aura des hommes, il y aura des rats !

 

Source : France Inter – Interception : Le rat, ce nuisible utile. Avril 2018