Recyclage de l’eau : visite d’une station d’épuration

Visite d’une station d’épuration

 

Illustration Méli-Mélo

Certains déchets de notre quotidien se retrouvent jusque dans nos eaux usées… C’est pourquoi l’équipe de Mouvement de Palier s’est rendue à Pierre-Bénite, en périphérie de Lyon, pour mieux comprendre le cycle de l’eau et l’impact de nos déchets sur cette ressource précieuse.

Le saviez-vous ?

Un Lyonnais consomme en moyenne 230 litres d’eau potable par jour ! Pour en savoir plus, nous avons visité hier la station d’épuration de Pierre-Bénite. Accompagnés d’André (Aremacs), Yohan (FRAPNA-Rhône) et d’une vingtaine de curieux, nous avons découvert les secrets de la station.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une station d’épuration ?

L’eau que nous utilisons tous les jours (chasse d’eau, lave-linge, lave-vaisselle…) est chargée, après utilisation, de détergents, de graisses, de solvants et de germes de toutes sortes. Il est donc nécessaire de la nettoyer pour préserver la qualité de nos réserves en eau : c’est le processus d’assainissement.

Comment peut-on « laver » l’eau ?

Différentes étapes permettent de nettoyer et de dépolluer l’eau lors de son séjour dans la station :

le pré-traitement : l’eau est filtrée puis tamisée pour récupérer toutes sortes de déchets jetés dans les toilettes ou dans les caniveaux (canettes, plastique, mégots…).

le traitement primaire : durant la traversée des bassins, les matières lourdes (sable, graviers…) se déposent au fond tandis que les plus légères (huiles, graisses) remontent à la surface. Celles-ci seront ensuite raclées par les machines et incinérées au sein de la station.

le traitement biologique : l’eau poursuit son chemin dans de grands bassins (voir photo ci-dessous) où prolifèrent des bactéries qui vont s’attaquer à la pollution dissoute dans l’eau. Sous leur action, ces pollutions se transforment en boues qui sont ensuite raclées.

 

Et ensuite ?

Contrairement à une idée reçue, l’eau n’est pas directement réinjectée dans le circuit, pour la bonne raison qu’elle n’est pas encore potable. Le rôle de la station d’épuration se limite à nettoyer les eaux usées avant de les rejeter dans leur milieu naturel !

Ce que l’on retient !

☆ 90 % des déchets triés lors de la phase de pré-traitement sont des lingettes hygiéniques

☆ le fameux « Aquatube » de Lotus ne se désagrège pas assez vite dans l’eau des toilettes mais arrive à la station sous forme de « papier mâché »

☆ dans les deux cas, ces déchets obstruent les grilles de filtrage !

Des ressources pour aller plus loin

N’hésitez pas à consulter le dossier spécial de la Métropole de Lyon sur l’itinéraire des eaux usées : cliquer ici pour voir le dossier

Vous pouvez également en savoir plus avec la web-série Méli-Mélo qui revient sur le cycle de l’eau (avec Jacques Chambon et Franck Pitiot, aka Merlin et Perceval de Kaamelot) : à regarder ici

À vos agendas – les prochaines visites

Mouvement de Palier organise régulièrement, avec Aremacs, des visites de centres : n’hésitez pas à vous inscrire !

Mercredi 30 mai – Visite du centre de traitement du verre d’Andrézieu-Bouthéon – pour vous inscrire, cliquer ici

Mercredi 13 juin – Visite du centre de tri de Rillieux-la-Pape – pour vous inscrire, cliquer ici

 

À bientôt pour de nouvelles visites !

Illustration Méli-Mélo